[The Last of Us] > Je vous en parle

29 juillet 2013


On parlera aujourd’hui de The Last of Us, un jeu tout droit sortis du studio Californien Naughty Dog qui, depuis déjà plusieurs mois me faisait languir d’impatience. Tourné autour d’un univers post-apocalyptique ou seulement quelques survivants sont présents,  c’est un duo qui rythmera principalement l‘histoire : Joël et Ellie. Nos deux personnages tenteront alors de survivre dans un monde dévasté par une infection biologique catastrophique, qui amènera non seulement horreur, mais aussi violence,  souffrance et destruction.


Voilà la première chose que je me suis dite lorsque le jeu s’est lancé : « C’est incroyablement beau ». Impossible à nier, The Last of Us est à mon gout l’un des jeux qui se rapprochent le plus de la réalité, et que je considère donc très plaisant visuellement. En effet, que ce soit les décors, les vêtements, les jeux de lumières et j’en passe, on se retrouve avec un ensemble tout simplement splendide. On notera en particulier le degré de réalisme des personnages, qui en deviendrait presque agréablement effrayant.
Même si je n’apporte à la base pas une grande importance aux graphismes, il faut avouer que cette touche de « vraisemblable » colle parfaitement à l’ambiance sombre et inquiétante donnée. 
 
En mettant de côté l’univers graphique, The Last of Us n’est pas un jeu forcement très innovant, mais malgré tout, il est arrivé à capter toute mon attention en moins de quelques minutes. Le scénario se montre intéressant et crédible, ce que je trouve fort agréable pour un jeu de type survival horror qui, a pour habitude de nous servir que quelques phrases bateaux sur une infection tombée par hasard de je ne sais ou. En restant dans le réalisme pur et dur désiré par les développeurs, on se surprendrait presque à  s’imaginer que ce genre de situation pourrait un jour nous tomber dessus. Une chose est sure, on ne s’étonnera pas, à se laisser submerger par les émotions plus d’une fois, puisque la qualité d’écriture, et l’enchainement spontané des évènements permettront de créer une combustion étonnante entre le jeu et le joueur.
 .

On n’oubliera surtout pas de parler des personnages qui aideront également au bon déroulement de notre voyage émotionnel. En évitant tous spoilers, certaines scènes et échanges, réussiront facilement à vous mettre les larmes aux yeux. Ne parlons pas des musiques toutes plus belles et pénétrantes les unes que les autres. Grande émotionnelle que je suis, vous savez déjà comment j’ai pu finir certaines fois !


En ce qui concerne la partie la plus noire du jeu, c’est avec un certain stress que j’ai pu faire la connaissance des infectés tous plus infâmes les uns que les autres. Essayant de prendre en main les différentes techniques de combats et d’infiltrations, il faut avouer que le gameplay est tout simplement parfait. Rien de novateur dans celui ci et pourtant on apprécie fortement le TPS (Third person Shooter) qui nous offre une maniabilité sans faille. On aimera également les caméras bien placées qui ne nous gêneront (presque) jamais.

A côté d’une jouabilité excellente, le jeu nous rappellera à l’ordre très vite : il est question de survivre et non de se la jouer Call of Duty. Vous l’aurez compris, toutes les conditions nécessaires pour un vrai survival sont réunies. Les munitions seront à économiser, les contaminés et adversaires humains possèderont une très bonne intelligence artificielles qui les rendra redoutables, et point très positif : chercher dans son inventaire ne figera pas le jeu ! Bref vous l’aurez compris, la vigilance et la concentration sont de mises tant chaque rencontre pourrait vite très mal tourner.

• Un scénario crédible et captivant

• Une bande son tout simplement parfaite

• Une grosse claque visuelle

• La survie est plutôt bien représentée

 

• Quelques problèmes avec l'équiper qui ne se fait pas détecter par les adversaires
 .
Mauvaise synchronisation de la VF
 .
• Les scènes de combats sont très vite remarquées (barricades, bouteilles et briques déjà pré disposées)
 .
• Le sixaxis dont je cherche encore l'utilité


 

The Last of Us nous offre une magnifique expérience  que je ne risque pas d’oublier de sitôt. Le titre parvient à créer une symbiose avec le joueur grâce à l’ensemble de ses points positifs qui, réussissent aisément à nous faire oublier les quelques petits désagréments. Que ce soit par la vue, l’ouïe ou par le cœur, The Last of Us a dans son intégralité réussit de façon magistrale à me bouleverser. Ce ne sera peut être pas le jeu de l’année (qui sait ?) et pourtant il réussit avec brio ce que l’on attendait de lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Très bel article !
    Je suis très d'accord sur l'ensemble mais quelque chose me chiffonne...
    Pourquoi ne parles tu pas du fait que les seuls objets que l'on puissent lancer sont des briques et des bouteilles de verre ? Non parce que, sont bien tilgen chez Naughty Dogs mais payer 70€ un jeu et ne pouvoir lancer que deux objets... Cela me frustre énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout a fait d'accord avec toi mais comme je dis, les quelques points négatifs s'oublient vite avec le reste du jeu. Tu n'es pas d'accord ?

      Supprimer
  2. merci pour cette critique :)

    http://lanoura.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  3. Ton article m'a donné envie d'y replonger, moi qui avait arrêté :)
    Du coup, j'en suis a 80 % et c'est juste incroyable ! MERCI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente alors :)
      Comment as tu trouvé la fin ?

      Supprimer

Proudly designed by Mlekoshi playground